mercredi 16 septembre 2015

Les amies bienveillantes

Ceux sont celles qui emplissent la boîte aux lettres de délicatesses - de cartes postales aux mots doux, d'un petit carnet de souvenirs de vacances absolument réconfortant, d'un petit livre de recettes "maison" qui regorge de délices.
Ceux sont celles avec qui on a envie de boire des bubbles tea toute l'après-midi, de se goinfrer de scones en se racontant les derniers potins du groupe d'amis, ou de discuter de nos dernières trouvailles vestimentaires.
Ceux sont celles pour qui on a toujours une pensée quand on découvre un nouvel endroit bien chouette pour bruncher, bouquiner, siroter un verre.
C'est tout ça, l'amitié - surtout lorsqu'elle dure.  Cela fait bien longtemps qu'on ne se voit plus tous les matins pour boire un café à la machine du lycée, qu'on papote en attendant le métro ensemble ou qu'on se prélasse dans les parcs parisiens en rêvant de nos prochains pique-niques. On apprend à faire attentions aux petites détails, à vivre l'amitié à distance, tout en étant sûre que rien ne changera.

C'est avec elles que j'aurai aimé déjeuner de ces lasagnes qui changent un peu, et des petits gâteaux parfaits pour le thé. Mo., N. c'est une invitation! ;)

Lasagnes ouvertes aux épinards, champignons et pesto d'amandes
Pour 4 copines (ou 3 gros appétits!)


C'est une recette de ma chouette copine Mo., qui m'avait été envoyé l'an dernier avec une de ses jolies lettres. Je l'ai déjà faite et re-faite plusieurs fois, en adaptant un peu la recette pour mon P. - en effet la recette originale contient de la ricotta, et le jeune homme n'est pas trop fan.. Je l'ai donc tronqué pour une crème de parmesan, qui fait elle l'unanimité! 
Le pesto d'amandes est quand à lui absolument irrésistible, il est délicieux avec des tagliatelles bien chaudes, ou sur fond de tarte à la tomate.

Ingrédients
Pour le pesto d'amandes et citron
1 petit bouquet de basilic frais
30g d'amandes (sans la peau)
1 citron (bio de préférence)
De l'huile d'olive de qualité

Pour les lasagnes 
6 feuilles de lasagnes, sèches ou fraîches (j'utilise des lasagnes sèches et ça marche très bien)
2 belles échalotes
1 gousse d'ail
Environ 250g d'un mélange de champignons (shitakés, de Paris, selon ce qui est à votre disposition!)
250g d'épinards frais (ou surgelé)
25cl de crème fraîche épaisse
30 à 40g de parmesan fraîchement râpé, selon les gouts
Du poivre du moulin

Commencer par préparer le pesto. 
Faire griller les amandes à sec dans une poêle bien chaude ou sous le grill du four. Broyer les ensuite au mortier ou au mixeur (on peut aussi les hacher finement au couteau mais c'est plus long!) Ajouter les feuilles de basilic grossièrement déchirées à la main, les zestes de citron et l'huile d'olive. Mixer ou broyer jusqu'à l'obtention d'une pâte. Verser quelques gouttes de jus de citron et réserver au chaud.
Faire bouillir un grand volume d'eau salée pour cuire les pâtes.
Pendant ce temps, couper les champignons en tranches, réserver.
Hacher finement les échalotes et l'ail et les faire suer dans une poêle avec un peu d'huile d'olive. Y ajouter les champignons, et faire cuire jusqu'à ce qu'ils soient bien dorés. Ajouter les feuilles d'épinards, laisser cuire jusqu'à ce qu'ils aient rendu toute leur eau. Saler, poivrer (éviter de trop saler car le parmesan l'est déjà beaucoup).
Faire cuire les feuilles de lasagnes selon le temps indiqué sur le paquet. 
Pendant ce temps, préparer la crème de parmesan: dans une petite casserole, faire chauffer la crème et le parmesan jusqu'à ce que le fromage soit bien fondu. Bien poivrer et réserver au chaud.
Lorsque les pâtes sont cuites, les sortir à l'aide d'un écumoire. Découper chaque lasagne en deux pour avoir 12 carrés. Maintenant, il faut agir vite pour le dressage! Dans chaque assiette, déposer une cuillère de crème de parmesan, un carré de lasagne, recouvrir de pesto d'amandes, et terminer par une couche de champignons/épinards. Recommencer l'opération, et terminer cette fois par une dernière feuille de lasagne. Napper de pesto et server immédiatement!

Blondie macha-framboise
Pour 4 petits gâteaux, d'après mon Summer Blondie

150g de chocolat blanc
2 c. à soupe de thé matcha en poudre
Deux belles poignées de framboises (fraîches ou surgelées)
50g de beurre doux
50g de sucre en poudre
2 oeufs bien élevés
60g de farine

Faire chauffer votre four à 170°C.
Dans un saladier, commencer par casser les oeufs, y ajouter le sucre et battre vivement. Mettre de côté.
Dans un autre bol, faire fondre les 150g de chocolat blanc et le beurre, selon la méthode que vous préférez (personnellement, je suis une grosse flemmarde et le fais au micro-ondes). Lorsque tout est bien fondu, fouetter légèrement le chocolat et le beurre jusqu'à ce que le mélange soit bien lisse. Verser dans le mélange aux oeufs, bien mélanger. Ajouter la farine et mélanger à nouveau.
Séparer la pâte en deux, et ajouter dans l'une les framboises (en faisant attention à ne pas trop les écraser), dans l'autre le thé matcha.
Verser une cuillère de pâte aux framboises dans un petit moule beurré et fariné (j'ai utilisé des petits moules à tartelettes), puis alterner avec une cuillère de pâte au matcha afin d'obtenir de jolies marbrures. Faire de même pour les trois autres gâteaux (ou moins selon la taille de vos moules)
Enfourner pour 20 à 25min (le dessus du blondie doit être bien doré).
Laisser complètement refroidir avant de déguster avec un bon thé et des copines!

dimanche 6 septembre 2015

Salade comme à la Coco (halloumi, grenade et pistache)

Pour continuer dans les salades, celle ci est inspirée du très chouette café "La Coco" à Kilkenny, qui en plus de faire des sandwichs et petits gâteaux vraiment terribles, est l'un des seuls endroits où l'on peut se régaler de vraies salades (par vraies salades, j'entends sans assaisonnement à la mayonnaise...). Si jamais vous faites un tour par ici, n'hésitez pas à vous y arrêter pour le déjeuner: l'endroit est petit et souvent vite rempli, mais ça vaut vraiment le coup (je vous conseille notamment la focaccia au chèvre frais et sirop d'érable, trop bon!)
D'ici là, vous pouvez essayer cette salade à la maison, elle est parfaite pour un lunch de rentrée!

Salade à l'halloumi grillé, grenade et pistache

Pour deux bons bols

4 grosses poignées de mesclun
Une moitié de grenade
Un demi- avocat pas trop mûr
8 tranches pas trop fines d'halloumi (fromage chypriote)
Une belle poignée de pistaches non salées

Pour l'assaisonnement:
Le jus fraîchement pressé d'une grenade
1 c. à soupe de vinaigre de vin rouge
2 c. à soupe de mélasse de grenade
4 c. à soupe d'huile d'olive

Commencer par préparer la vinaigrette en mélangeant tous les ingrédients listés ci-dessus.

Sous le grill du four, faire griller les tranches d'halloumi des deux côtés, jusqu'à ce qu'elles soient bien dorées.


Pendant ce temps, séparer les graines de la grenade et réserver.
Couper l'avocat en petits morceaux.
Hacher grossièrement les pistaches.

Dans chaque assiette (ou bol), disposer deux grosses poignées de mesclun, la moitié de l'avocat, la moitié de grenade et 4 tranches d'halloumi. Saupoudrer de pistaches. Verser la vinaigrette à la mélasse de grenade, donner un bon tour de moulin à poivre. Faire de même pour la seconde assiette et déguster sans attendre!




dimanche 30 août 2015

Salade toute fraîche (pastèque, fenouil et grenade)

Je ne peux vous dire à quel point l'été ici a été triste - que de pluie et de gris. Kilkenny a eu quelques journées ensoleillées, c'est vrai, mais je pense pouvoir les compter sur les doigts de la main. Heureusement, il y a un chouette week-end à Barcelone, et des copines bien trop mignonnes qui envoient des petites surprises à tomber (mais ça, je vous en reparlerai plus en détails très bientôt). L'une des surprises comprenait, entre autre, une délicieuse recette de salade de pastèque, fenouil et grenade - qui m'a directement tapé dans l'oeil (et puis comme c'était la seule que tu n'avais pas testée Mo., je me suis dit qu'il fallait que je fasse le premier pas!). Et elle est absolument parfaite, rafraîchissante et colorée, un vrai petit bol de soleil! 

J'ai apporté quelques modifications à la recette originale, car il est absolument impossible de trouver du basilic thaï ici (je tenterai donc d'en trouver lors de ma prochaine visite à Dublin) - je l'ai remplacé ici par du basilic frais, et c'était tout aussi bon! Une recette parfaite pour la fin de l'été. Merci Mo!

Salade de pastèque, fenouil et grenade de Mo.
Pour une grosse salade


Ingrédients
1/4 d'une petite pastèque
1 petit fenouil
1 belle grenade (pas trop grosse)
200g de fêta
Quelques branches de basilic frais, finement haché
Le jus d'un demi citron
4 c. à soupe d'huile d'olive
Sel, poivre

Commencer par trancher la pastèque, retirer la peau et couper la en cubes. Oter la base et les feuilles du fenouil, et émincer le très finement. Oter les pépins de la grenade. Couper la fêta en petits dés.
Dans un grand saladier, mélanger la pastèque, le fenouil, la grenade, la fêta, et le basilic. Assaisonner avec l'huile d'olive et le jus de citron, saler (très peu, car déjà salé avec la fêta) et poivrer (j'utilise un mélange de poivre noir et rose). Servir bien frais!

samedi 27 juin 2015

Salade d'été (pêche, prosciutto et roquette)

On l'attends encore un peu notre été irlandais... Il est bien capricieux cette année, malgré quelques belles journées où l'on se prélasse à la terrasse de nos pubs préférés (ici on dit beer garden), en sirotant un cidre à la poire glacée. Après des débuts de soirée comme cela, on n'a pas trop l'envie - ou la force - de passer trop de temps en cuisine, alors une grande salade est de mise. Et puis, on est quand même en Juin et soleil ou pas, moi je les adore, ces grandes salades d'été.

Salade d'été (pêche, prosciutto et roquette)
Pour deux belles assiettes


2 pêches, blanches ou jaunes selon votre préférence, pas trop mûre (on doit pouvoir faire des belles tranches)
Quelques belles tranches de prosciutto de bonne qualité
Quelques belles poignées de roquette (on peut aussi utilisé un mélange de pousse)
Une petite bûche de chèvre frais
De le ciboulette

Couper les pêches en 8 quartiers chacune, et réserver.
Couper les tranches de prosciutto de la taille des quartiers de pêches (dans la largeur) et enrober chaque quartier d'une tranche de jambon. Répéter l'opération jusqu'à épuisement des pêches.
Emietter le chèvre frais, ciseler la ciboulette.
Simple, je vous dis!
Dans deux grandes belles assiettes, déposer deux belles poignées de roquette chacune, disposer les pêches en draps de prosciutto (si vous êtes très gourmands comme nous cela en fait 8 par personne), le chèvre émietté, parsemer de ciboulette.
Pour le dressage, rester au plus simple - de l'huile d'olive de qualité, du vinaigre balsamique (celui que j'ai utilisé est parfumé à la figue, trop miam), du sel, du poivre.
A déguster immédiatement!

mercredi 24 juin 2015

Happy One Year

Oh, c'est fou comme cette année est passée vite! Il y a un peu plus d'un an (oui j'ai raté la date anniversaire du blog... Bon au moins je suis toujours dans le bon mois, profitons en!) je décidais de me joindre enfin à la blogosphère, et même si je suis bien loin du succès de certains blogs star, je l'aime bien moi, mon petit coin. J'ai adoré vous rencontrer et échanger avec vous, et j'espère le faire encore pour une deuxième année! En essayant bien sur d'être un peu plus régulière ici, hum hum.

Pour fêter cela, je suis allée faire un petit tour dans les archives du blog, et je vous ai choisi mes recettes préférées de l'année, deux pour chaque saison - une sucrée, une salée.


Printemps
Il fallait bien retrouver ici ma première recette publiée, qui séduit les accros au chocolat - les biscotti orange et amandes

En salé, je me suis régalée de ces pâtes aux boulettes d'épinards, parfaites en attendant l'été.



Eté
En sucré, l'une des recettes qui a le plus succès sur le blog, le blondie - son chocolat blanc, ses framboises, et son petit goût de vacances. On n'y échappera pas encore cette année!

En salé, je triche un peu en choisissant deux recettes mais elles vont tellement bien ensemble que ce serait dommage de les séparer. Une entrée rafraîchissante de rillettes de saumon, et un pain ultra facile à la Guinness.



Automne
C'est décidément ma saison préférée, et il est difficile de choisir.  Le trio butternut, bleu et sauge est un vrai gagnant, et on ne s'en est pas lassé, que ce soit en pizza ou en risotto


Du côté du sucré, je craque pour les tartelettes rustiques aux figues et crème d'amande. 

Hiver...

Je fais des fishcakes au saumon terribles, et les macarons coco-choco ultra addictifs de Loukoum! Ces  deux recettes sont maintenant des classiques à la maison, et sans aucun doute les hit de cet hiver!



Et Printemps
Que du salé pour ce nouveau printemps, et mes déjeuners préférés de l'année: la délicieuse tarte miso et pomme de terre d'Ottolenghli, et les moelleuses galettes de lentilles corail et chèvre

(et les cinéphiles d'entre vous auront sûrement reconnu le petit clin d'oeil à l'un de mes films préférés...)

samedi 16 mai 2015

Croque!

Il y a quelques années maintenant, je partageais le minuscule mais très accueillant studio parisien de ma soeur. C'était une situation temporaire avant mon départ en Irlande, mais j'y ai tout aimé: les petits déjeuners sur le canapé, l'eau que l'on faisait bouillir dans la petite casserole pour le thé, la route que l'on faisait ensemble pour le déjeuner dominicale chez nos parents. Mais surtout, j'avais développé à l'époque une addiction surprenante pour les croque-monsieur, et je m'en nourrissais essentiellement (ça et les tartares de saumon-avocat). Ils avaient à l'époque un goût de réconfort immense, et c'est toujours vers eux que je me tourne lorsque je suis un peu nostalgique de cette collocation de rêve. Aujourd'hui ma soeur ne mange plus de viande alors j'ai beaucoup réfléchi à un croque-monsieur végétarien parfait. J'ai trouvé deux versions absolument addictives, et c'est ma façon d'essayer de la réconforter à mon tour. Douce, ces croques sont pour toi!

Croque épinards, chèvre et tapenade
Pour un croque d'égoïste
d'après Clea

On fait griller à sec dans une poêle quelques noisettes, que l'on épluchera et concassera grossièrement.
Puis on fait suer deux grosses poignées de pousses d'épinard dans la même poêle bien chaude, avec un peu d'huile d'olive.

Pendant ce temps, on tartine une tranche de pain de mie de tapenade, l'autre de chèvre frais.
Lorsque les épinards sont cuits (cela va très vite), on les égoutte bien pour se débarrasser de leur jus. On les dispose sur la tartine de tapenade, on assaisonne légèrement et on parsème de noisettes. On couvre d'une tartine au fromage, puis l'on réchauffe rapidement à la poêle, sous le grill ou encore mieux dans un appareil à croque!
On sert bien chaud.



Croque au chutney d'ananas, cheddar et tofu fumé
Pour un croque exotique

On fait griller deux tranches de pain de mie d'un seul côté (sous le grill du four).
On tartine d'un très bon chutney d'ananas le côté non toasté (on peut remplacer par n'importe quel chutney de son choix: mangue, betterave, papaye, ...) 

On émince quelques lamelles d'oignon rouge. On découpe quelques tranches, assez épaisses, de tofu fumé et de vieux cheddar (de la meilleure qualité que vous pouvez trouver). On dispose les tranches de tofu sur une des tartines, le cheddar et les lamelles d'oignon sur l'autre. On passe rapidement sous le grill, le temps que le fromage fonde gentiment. On réchauffe rapidement à la poêle ou dans l'appareil à croque. On tranche le sandwich en diagonal, et on déguste bien chaud.

mardi 12 mai 2015

Parfois, il n'en faut pas plus.

Rien n'est plus réconfortant je trouve qu'un plat de pâtes fumant. Il suffit d'une sauce qui va bien pour napper les pennes brûlantes, de parmesan fraîchement râpé pour saupoudrer le tout, et on n'oublie que la journée a été longue. Parfois, il n'en faut vraiment pas plus.

Penne aux noix et sauce Romesco
Recette sympathique inspirée de ma lecture quotidienne du Guardian



Comme on ne veut vraiment pas en faire trop, on mixe dans le bol du blender ou à l'aide d'un mixeur plongeant, deux ou trois poivrons grillés et marinés, une boîte de 400g de tomates pelées et coupées en dés (j'aime bien utiliser des tomates cerises pour cette recette mais faites selon vos placards), deux gousses d'ail pelées et écrasées, deux cuillères à soupe d'huile d'olive et deux cuillères à soupe de vinaigre de vin blanc. Assaisonner de sel, poivre et paprika. On réchauffe à feu doux dans une petite casserole.
Pendant ce temps, on fait griller quelques cerneaux de noix que l'on réduira en poudre.
On fait cuire nos pâtes préférées (ou juste celles que l'on trouve au fond du placard) dans un grand volume d'eau bouillante salée. Lorsque les pâtes sont prêtes, on les dresse dans des assiettes (chaudes, les assiettes), on les nappe de sauce, et l'on saupoudre de noix et de parmesan râpé. On déguste sans attendre.

dimanche 10 mai 2015

Ottolenghli dans ma cuisine

Si comme moi vous lisez The Guardian, ou même si êtes simplement assidu(e) de la blogosphère culinaire, vous n'avez sans doute pas pu passer à côté de Yottam Ottolenghli. Ce chef londonien est une vraie mine d'inspiration. Je l'ai découvert en offrant son très beau livre Jérusalem à ma copine Helmut. Il fait parti de ces livres qu'on ne peut que partager avec les gens qui nous sont chers, je crois. Je l'avais feuilleté encore et encore avant de l'emballer soigneusement pour H., l'estomac gargouillant et l'esprit voyageant. Depuis, H. ne m'en tarie que des éloges, et même si je n'ai pas encore cédé à la tentation d'acheter un de ses livres pour moi même, j'y travaille (P. veille à ce que la collection de livres de cuisine n'envahisse pas complètement la bibliothèque..)
Grâce à Internet j'ai pu cependant tester plusieurs de ses recettes et j'avais très envie de vous parler de cette tarte qui m'avait drôlement tapé dans l'oeil. Miso et pomme de terre se marient - étonnamment - à merveille! Elle est encore meilleure réchauffée le lendemain (donc parfaite pour les lunch box).  

Tarte miso et pommes de terre d'Ottolenghli
modifications minimes!


Pour une tarte à partager en six, il faut
1 rouleur de pâte feuilletée 
10cl de vin blanc sec
2 c. à soupe de pâte de miso de votre préférence (je suis plutôt adepte du miso brun)
2 grosses pommes de terre, cuites, pelées et taillées en dés (dans la recette originale, les pommes de terre sont crues - dans ce cas, il faudra les faire cuire au four pendant une heure au lieu de 30min)
Quels branches de thym frais
3 ou 4 feuilles de laurier, selon la taille
2 oeufs
20g de beurre doux
240ml de crème fraîche liquide
3 c. à soupe de parmesan fraîchement râpé
1 petite bûche de fromage de chèvre frais
Les zestes d'un citron non traité (optionnel)
Du poivre du moulin (Ottolenghli préconise du poivre blanc, mais je n'en avais pas sous la main)

Commencer par préchauffer votre four à 180°C.
Faire cuire votre pâte feuilletée à blanc dans un moule à tarte, pour environ 20 à 25min, elle ne doit pas trop dorer. Sortir du four et laisser tiédir.
Baisser la température du four à 160°C.
Dans un bol, diluer la pâte miso et le vin blanc.
Sur une plaque de four creuse, répartir les dés de pommes de terre, le thym, les feuilles de laurier, le beurre et les zestes de citron si vous les utiliser. Bien poivrer, verser le liquide miso-vin blanc et bien mélanger.
Couvrir d'une feuille d'aluminium et enfourner pour 20 à 30min, jusqu'à ce que le liquide soit évaporé. Sortir du four et ôter les branches de thym et les feuilles de laurier.
Dans un autre saladier, battre les oeufs avec la crème fraîche liquide. 
Saupoudrer le parmesan râpé sur le fond de tarte puis y répartir les pommes de terre et le fromage de chèvre, coupé en rondelles. Verser le mélange d'oeufs et crème. Ajouter quelques branches de thym, et enfourner pour une autre demi-heure .
Lorsque le dessus de la tarte est bien doré, sortir du four et laisser refroidir quelques minutes.
Servir avec une belle salade verte en pensant aux associations improbables.


lundi 4 mai 2015

Le retour (des aubergines)

Ces derniers mois on été un vrai tourbillon. Il y a eu une chouette promotion (qui excusera ma disparition passagère sur le blog j'espère...), une nouvelle addiction à Peaky Blinders et les Tamaki, beaucoup de dîner sur le pouce, un voyage à Annecy à préparer, un nouveau sandwich préféré donc il faudra que je vous parle bientôt. C'est drôle mais cela me fait un bien fou de prendre le temps de réécrire par ici, il faut dire que je vivais beaucoup dans la culpabilité ces derniers temps (souvent à l'heure du dîner, quand c'est drôlement bon et que je me dis que je pourrais faire l'effort de prendre une jolie photo - et puis non car a) j'aime pas manger froid b) l'appareil photo n'est pas chargé c) j'ai déjà tout fini mon assiette)

Donc pour me faire pardonner ma longue absence, et puisqu'elles sont toute juste de retour sur les étals du marché ici, un petit plat tout simple que je sors souvent les soirs de grande flemme (vous allez croire que ça arrive tous les jours, mais non promis!) 

Aubergine laquée au miso


C'est vraiment tout simple. Il faut compter une aubergine pour deux personnes.
On commence par préchauffer le four à 190°C. On prépare la petite sauce qui va bien: dans un bol, mélanger 3 cuillères à soupe de sauce de soja (de bonne qualité, c'est mieux), 1 belle cuillère à soupe de votre miso préféré, et un petit bout de gingembre râpé (je met un demi pouce environ). Découper l'aubergine en deux dans sa longueur, et quadriller chaque moitié à l'aide d'un bon couteau. Peler et trancher en fines lamelles une gousse d'ail et la glisser dans les fentes de l'aubergine (aider vous de la lame de votre couteau). Déposer les deux moitiés sur une plaque allant au four recouverte de papier sulfurisé ou d'aluminium, napper légèrement d'un filet d'huile d'olive puis laquer votre aubergine de la petite sauce qui va bien. On poivre généreusement et on fait cuire environ pendant 20 à 25 minutes. L'aubergine doit être bien grillée!
Pendant ce temps, on prépare du riz blanc comme à son habitude. On sert une moitié d'aubergine par personne dans un joli bol, garni de riz brûlant (si il nous reste de la petite sauce, on l'arrose copieusement) et beaucoup de ciboulette. On déguste sans attendre!

lundi 9 février 2015

Breakfast cookies (banane, chocolat et pécan)

Je ne suis vraiment pas du matin. Mais alors pas du tout. Du coup, j'use de trucs et astuces pour réussir à me faire sortir du lit. En ce moment, ce sont des cookies ultra moelleux, prêts en un tour de main et qu'on peut même glisser dans ses poches lorsqu'on est pressé. Parfait!

Cookies du petit déjeuner
d'après une recette de Clotilde



2 bananes bien mûres, écrasées en purée
35g d'huile de coco (en épicerie bio)
40g de poudre d'amande
30g de poudre de noix de coco
100g de petits flocons d'avoine
60g de chocolat noir de bonne qualité, en pépites
Une grosse poignée de noix de pécan, grossièrement concassées
1 oeuf
1/2 c. à café de poudre à lever
1 pincée de sel fin

Préchauffer le four à 180°C.
Dans un saladier, mélanger à la fourchette les bananes, l'oeuf et l'huile de coco.
Dans un autre saladier, mélanger les flocons d'avoines, les poudre d'amande et de noix de coco, la poudre à lever, et le sel fin.
Incorporer les ingrédients secs à la purée de banane, et mélanger bien. Ajouter les noix de pécan et le chocolat.
Sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisée, former des petites boules de pâte (environ 1 c. à soupe) et les disposer en laissant un peu d'espace. Faire cuire environ 15min, jusqu'à ce que les biscuits soient bien dorés.
Laisser refroidir sur une grille.

***
Sinon, je suis aussi sur Pinterest!

mardi 3 février 2015

Sur le pouce

Trop vite.
Le temps. Les heures, les jours, les mois. Déjà Février et on n'a à peine eu le temps de mettre en pratique nos bonnes résolutions (ne plus prendre son petit-déjeuner au studio - entre autres, hum hum).
Il y a de bonnes nouvelles, des nouveaux départs, des ami(e)s qui partent et qui reviennent, une nouvelle offre au studio qui donne l'impression que les journées ont rétréci de moitié.
Heureusement, on a la chance avec P. d'habiter à trois minutes du studio (à pied, et avec mes petites jambes). C'est vraiment du luxe: pour les matins où l'on a du mal à se lever, mais surtout pour les déjeuners à la maison (sauf si l'on choisit d'aller au pub - mais le temps de trajet reste le même). Avec une heure de pause, on a le temps de se mitonner des choses plutôt réconfortantes - omelette au miso, grosse salade, sandwich gargantuesque et soupes en tout genre. C'est encore mieux quand il y a des restes, comme par exemple un petit bol de dhals de lentilles, parfait pour réaliser des galettes moelleuses au chèvre et noix de cajou.



Pour une douzaine de petites galettes
Un petit bol de dhals de lentilles réservé d'un précédent repas (environ 6 grosses cuillères à soupe)
8 c. à soupe de flocons d'avoine 
70g de chèvre frais type Billy
Une grosse poignée de noix de cajou concassées grossièrement
Thym (optionnel)
Sel, poivre
Huile d'olive (pour la cuisson)

Dans un saladier, mélanger à l'aide d'une cuillère en bois les lentilles (cuites et refroidies si vous n'utilisez pas de restes), les flocons d'avoines, le chèvre frais et les noix de cajou. Ajouter le thym, ou tout autre herbe de votre choix. Saler, poivrer. Mettre au frigo pour une demi-heure (les flocons d'avoine vont absorber l'humidité des lentilles). Former des boulettes à la main (environ 1 c. à soupe de préparation) et faire dorée à la poêle. 

Pour en faire un délicieux sandwich, faites griller un pain pita par personne que vous tartinerez de hummous (maison c'est mieux), ajoutez y quelques feuilles de salade, des lamelles d'avocat et glissez y vos galettes de lentilles quand elles sont encore un peu tièdes. Puis, prenez votre temps.


dimanche 18 janvier 2015

Sundays afternoon (and a banana bread)




Irlande - couleurs d'hiver

Après les longues ballades dans la campagne irlandaise, il y a le thé fumant qui nous attend sur la table, les bottes à mettre à sécher sur le radiateur et puis le banana bread du goûter, comme je l'aime. Il m'avait fait de l'oeil chez Mingou et quand je l'ai vu de nouveau chez Gracianne je n'ai pas pu résister. Depuis, on l'a complètement adopté!

Ultimate banana bread


Pour un  grand moule à cake
210g de farine
1 c. à café de levure chimique
1/2 c. à café de bicarbonate de soude
1/2 c. à café de sel
1/2 c. à café de cannelle moulue
150g de cassonade
50g de beurre fondu
2 oeufs
2 bananes très mûres, réduites en purée
125ml de crème liquide
1 c. à café d'extrait de vanille naturel (j'ai mis 2 c. à soupe de rhum à la vanille à la place)
100g de chocolat noir, en pépites

Commencer par préchauffer le four à 180°C.
Dans un saladier, mélanger la farine, la levure, le bicarbonate, le sel, la cannelle et la cassonade.
Dans un autre saladier, mélanger le beurre fondu, les œufs, les bananes, la crème et l'extrait de vanille (ou le rhum à la vanille).
Creuser un trou dans les ingrédients secs et y verser les ingrédients liquides.
Mélanger grossièrement, ajouter les pépites de chocolat, mélanger à nouveau (arrêter dès que la farine est entièrement incorporée).
Verser la préparation dans un moule à cake tapissé de papier cuisson.
Enfourner pendant 50 minutes environ (ajuster le temps de cuisson selon son four). Le cake doit être tout juste cuit.
Laisser refroidir avant de couper en tranches.

dimanche 11 janvier 2015

Où il est question de réconfort.

Parce que c'est Janvier (bonne année!).
Parce que les soirées sont glaciales à Kilkenny, et que l'on ne trouve même plus le courage d'aller se réchauffer au pub.
Parce qu'après deux semaines à la maison, le retour aux fourneaux se fait tout en douceur.
Parce qu'il y a des soirs où l'on a besoin de tout ça - de réconfort, de chaleur, de simplicité.
Parce que des fois, on ne sait pas vraiment trouver les mots.



Dahls de lentilles corail, épinards et lait de coco
Pour deux petits bols à déguster serrés sur le canapé (et un petit peu de restes)

Dans une petite casserole, faites chauffer 1 c. à soupe d'huile neutre (tournesol, c'est bien). Lorsque c'est bien chaud, ajoutez un petit oignon émincé, 1 gousse d'ail écrasée et un petit bout de gingembre en tout petits morceaux. Lorsque l'oignon devient un peu translucide, ajoutez 1 à 2 c. à café de curry en poudre de bonne qualité (selon vos goûts - le mien vient de là bas) et 1 c. à café de curcuma. Laissez roussir une à deux minutes puis versez un petit verre de lentilles corail. Faites revenir une minute à sec puis ajoutez 3 verres (le même utilisé pour les lentilles) d'eau ou de bouillon. Laissez cuire à feu moyen, jusqu'à ce que les lentilles aient tout absorbé et soient bien cuites. Versez alors 25ml de lait de coco (une petite boîte) et environ 130g d'épinards (frais ou congelées) grossièrement émincés. Laissez mijoter 10 à 15min, puis servez bien chaud avec du riz blanc! On peut ajouter des noix de cajou juste torréfiées ou quelques brins de coriandre, trop miam!